un futur service public mutualisé de restauration pour 3 collectivités avec la Coopérative agricole

Accueil> …

 

Un très beau projet qui germait depuis quelques années vient de sortir de terre. Un service public de restauration mutualisé pour 3 collectivités territoriales : l'Etampois, le Dourdannais et l'Entre Juine et Renarde en partenariat avec la Coopérative agricole Ile-de-France Sud qui jouera le rôle d'interface entre ses 800 agriculteurs et les cuisines centrales. C'était ce jeudi 2 août. A la baguette, le député et maire honoraire Franck Marlin. 



« Nous sommes rassemblés pour un destin commun historique, à savoir l'agriculture de proximité avec des élus de proximité au service d'un territoire et d'une population », a déclaré en préambule le député et maire honoraire Franck Marlin, lors d'un point presse ayant suivi une réunion à la Coopérative agricole Ile-de-France Sud d'Etampes en présence notamment de son directeur Hervé Courte. De nombreux élus étaient assis autour de la table de réunion de la coopérative : Marie-Claude Girardeau, première maire-adjointe d'Etampes ; Jean-Marc Foucher, Président de la Communauté Entre Juine et Renarde ; Guy Crosnier, président délégué en charge de la ruralité et du monde agricole du Conseil départemental de l'Essonne, vice-président de la Communauté d'Agglomération de l'Etampois Sud-Essonne (CAESE) ; Gérard Hébert, conseiller régional et président du Centre Régional de Valorisation et d'Innovation Agricole et Alimentaire de Paris Ile-de-France (CERVIA) ; Marie-Françoise Charon, élue à la Chambre d'Agriculture d'Ile-de-France et agricultrice à Etampes. Le Président de la Communauté de Communes du Dourdannais en Hurepoix était également invité et excusé. 

Franck Marlin, député et maire honoraire : 

« L'objectif est de donner dans les assiettes de nos enfants et de nos administrés des produits de qualité. La coopérative agricole avec ses 800 agriculteurs, les élus du territoire du Dourdannais, d'Entre Juine et Renarde, de l'Etampois, la Chambre d'Agriculture d'Ile-de-France, le CERVIA doivent se rassembler pour essayer de trouver des solutions, afin d'établir un projet, un équipement collectif public de restauration pour servir des repas à nos administrés, à nos enfants dans les écoles, à nos Aînés à leur domicile ou dans les structures qui les accueillent... Il y a des enjeux communs à relever ensemble et je pense que les élus doivent aussi être là pour aider les agriculteurs à faire en sorte de les accompagner dans leurs choix, dans des circonstances qui sont de plus en plus difficiles. Il faut être à la hauteur des immenses qualités et du potentiel de notre territoire, répondre aux attentes de nos administrés. Tout cela fait que je me sens légitime dans cette action, le fait de coordonner cette première réunion pour établir des cahiers des charges, pour réussir ce projet collectif : une cuisine au service d'une population. Un exemple ? A Etampes, il y a une cuisine municipale qui a été créée il y a 35 ans qui sert 2 800 repas par jour, bientôt 3 000 avec l'évolution de la population. La question est de savoir si l'on veut toujours un équipement bien sûr public je le souhaite mais purement étampois ou un équipement dédié à un territoire de 3 collectivités territoriales. Cela pourrait correspondre à l'équivalent de 10 000 repas par jour. Cela ne se fait pas du jour au lendemain. Cela se fait avec la bonne volonté des élus et de l'ensemble des partenaires. Je tiens à ce qu'un service public de qualité puisse être à la hauteur des enjeux qui sont ceux d'élus concernés. Un service public de qualité communal ou mutualisé pour un territoire plus important peut répondre à une volonté que les élus doivent avoir de tenir aussi les prix, travailler avec les filières et en recréer, de produire bien, d'accompagner les producteurs qui nous font confiance et de créer de l'emploi. On voit des gisements d'emploi. »

Hervé Courte, directeur de la Coopérative Ile-de-France Sud : 

« La coopérative va jouer un rôle d'interface entre la cuisine centrale et les producteurs à la fois en amont sur les orientations, l'accompagnement technique, la mise à disposition de moyens comme les semences, les engrais, les bâches plastiques... Après, il y a tout l'aspect logistique qui est l'accompagnement du produit post-récolte jusqu'à cette fameuse transformation en cuisine centrale qui peut intégrer des plateformes de pré-conditionnement, de lavage... La Coopérative aura la fonction d'accompagnement et de logisticien. De la fourche à la fourchette comme le dit l'expression, c'est d'abord une fonction logistique. »

Gérard Hébert, conseiller régional et président du CERVIA : 

« Le projet est aussi environnemental car ce qu'on ira chercher à Etampes, on n'ira pas le chercher en Hollande, en Belgique, en Espagne... L'environnement, c'est important. C'est aussi essentiel de bien manger. Manger sain, manger bien, mangez francilien, mangez sud-essonnien ! »

Tél. : 01 69 92 68 00
Fax. : 01 69 92 68 49
Email

MAIRIE D'ETAMPES,
Place de l'Hotel-de-Ville-et-des-Droits-de-l'Homme
91150 ETAMPES

HORAIRES D'OUVERTURE